Cachez-moi ce robot que je ne saurais voir...

Publié le par Alia Adil

Hôtel robotisé de Nagasaki...
Et un peu déçue à la lecture des articles. Cet hôtel s'apparente plus à une démonstration de force :

- Oui, les robots nous remplacent, nous les serveurs, nous les concierges, nous les réceptionnistes, nous les bagagistes...

Mais le robot Nao renvoie à tous les progrès qu'il reste à faire.

Restaurant robotisé à San Francisco
Et je découvre qu'un nouveau restaurant vient d'ouvrir ses portes à San Francisco.
Tout est automatisé. Tout ! Pas de personnel... et pas de robots en interface.

Robotisé mais sans appel à l'imaginaire des robots.
Robotisé pour servir sans se servir de l'interface...
Là est peut-être l'avenir.

Pour que vivent les robots, déconstruire l'imaginaire du robot ?
Cachez ce robot que je ne saurais voir... Ainsi s'écrit peut-être Le Molière du futurisme?

Article : http://fr.tech.yahoo.com/post/129475178170/le-premier-restaurant-robotis%C3%A9-a-ouvert-ses-portes
Eatsa, un établissement 100 % automatisé, propose à ses clients de se servir eux-mêmes, faute de personnel. Une cantine 2.0 dédiée aux amateurs de quinoa.

Imaginez le concept du fast-food poussé à l'extrême. Pas de serveur ou de contact humain, la commande se fait via un iPad à disposition du client. En face de vous, une simple paroi de verre, qui ne se soulève que pour libérer votre plat. Ni merci ni au revoir. On n'adressera pas ses félicitations au chef. Dérangeant, vous dîtes-vous ? Le concept, né à San Francisco mercredi, fait pourtant fureur !

Eatsa se veut ainsi le premier restaurant robotisé haut de gamme. L'établissement est garanti “sans file d'attente, sans caissier et sans absurdités”, dixit la page d'accueil du site. Une promesse intenable du fait de l'effet de mode suscité par cette cantine aseptisée d'un genre nouveau. Depuis quelques jours, une kyrielle de clients curieux déferlent en effet devant le 121, Spear Street.

Commenter cet article